Crypto Long & Short : Retour sur une année monumentale

La première Crypto Long & Short de 2021 a un format différent : Au lieu de l’article habituel, j’ai demandé à quelques grands analystes du secteur – de Kaiko, IntoTheBlock, skew.com et Arcane Crypto – de partager avec vous leurs graphiques favoris. La profondeur et la qualité des mesures mises à la disposition des observateurs du marché ont progressé à pas de géant cette année, et le travail de ces analystes et d’autres contribue largement à aider les investisseurs non seulement à mieux comprendre l’écosystème de la cryptographie, mais aussi à apprécier à quel point les actifs et leurs marchés sont différents et fascinants. Cliquez sur les liens ci-dessous pour en savoir plus sur le travail de ces analystes et les données qu’ils proposent.

Le crash boursier de mars restera dans l’histoire comme l’une des plus fortes et des plus rapides cessions à avoir jamais balayé les marchés des cryptocurrences. En une heure, le prix du bitcoin (BTC, -2,54 %) a chuté de plusieurs milliers de dollars et la liquidité du carnet d’ordres s’est pratiquement évaporée. Ce graphique montre la somme de toutes les offres et demandes placées sur le carnet d’ordres BTC-USD de Coinbase avant, pendant et après le premier crash des prix. Nous pouvons observer que lorsque le krach a commencé vers 10h30, la quantité d’ordres entourant le cours moyen a chuté, forçant une crise de liquidité qui a perpétué la chute brutale des prix.

Ce graphique est l’un de mes préférés car il démontre le rôle important que jouent les teneurs de marché dans la création et le maintien de la liquidité sur les marchés des cryptocurrences. En fin de compte, le krach de mars a prouvé que le prix d’un actif est souvent moins le reflet de la „valeur réelle à un moment donné attribuée par le processus de découverte des prix sur le marché“ et plus le produit de boucles de rétroaction incessantes déclenchées par les liquidations automatiques et la décimation de la profondeur du carnet d’ordres. À mesure que les marchés des cryptocurrences arrivent à maturité et que la liquidité du carnet d’ordres s’améliore, on peut s’attendre à ce que l’ampleur et la fréquence de ces krachs de prix diminuent.

IntoTheBlock classe les transferts en chaîne de plus de 100 000 $ dans la catégorie des „grosses transactions“. Le volume global des grandes transactions sert d’indicateur de l’activité de transaction des investisseurs institutionnels et des particuliers fortunés.

Le volume des transactions importantes pour Bitcoin a considérablement augmenté en 2020, en même temps que l’intérêt des institutions. En comparant le volume moyen de transactions importantes sur la chaîne de blocs de Bitcoin pour décembre 2020 par rapport à décembre 2019, on constate qu’il a plus que quadruplé, passant d’une moyenne de 7 milliards de dollars par jour à plus de 30 milliards de dollars.

En 2020, les institutions ont finalement adopté le bitcoin, mais pas toujours de la manière attendue. Par exemple, des investisseurs sophistiqués tels que les fonds spéculatifs ont cherché à capturer les écarts en examinant les inefficacités de ce marché naissant. Cela s’est notamment traduit par le positionnement des fonds à effet de levier des contrats à terme sur les bitcoins du CME, qui ont réalisé de nouvelles baisses record presque chaque semaine au cours du dernier trimestre de 2020.

Bendik Norheim Schei, responsable de la recherche chez Arcane Crypto

Le secteur des DeFi a connu une adoption modérée au cours du premier semestre de l’année, les protocoles de prêt dominant l’espace. À l’époque, la valeur totale immobilisée dans les DeFi était relativement stable, se situant pour la plupart entre 700 millions et 1 milliard de dollars. Puis, le 16 juin, Compound a lancé son jeton de gouvernance. L’intérêt pour le secteur a alors explosé (littéralement), car l’agriculture de rendement a attiré de nombreux nouveaux participants dans l’espace.

La valeur totale immobilisée dans DeFi est passée de 670 millions de dollars à 14,5 milliards de dollars en 2020, soit une croissance de 2100 %.
En décembre, 1 million d’adresses uniques étaient affiliées à DeFi, soit une croissance de 10 fois par rapport à janvier. Les plateformes de prêt et les bourses décentralisées (DEX) ont connu une croissance particulièrement forte cette année, tandis que les plateformes de produits dérivés ont connu une croissance plus modérée (bien que forte).

Prévision pour 2021 : Les plateformes de produits dérivés de DeFi connaîtront une croissance plus importante, avec des réglementations plus strictes sur le marché centralisé des produits dérivés qui conduiront les opérateurs vers les marchés alternatifs.

Quelqu’un sait-il déjà ce qui se passe ?

Au lieu d’essayer de récapituler les performances annuelles ou même hebdomadaires des marchés macro (car beaucoup l’auront fait de manière beaucoup plus approfondie et avec plus de recul que moi), je vous laisse avec un résumé impressionnant entendu de la bouche d’un gamin particulièrement observateur, lorsqu’on lui demande comment il résumerait l’année 2020 :

„C’est comme quand tu dois traverser la route, et que tu regardes attentivement à droite puis à gauche, et que tu te fais écraser par un sous-marin.“

Je vais cependant partager avec vous notre tableau habituel des performances relatives, parce que, eh bien …

Pour un aperçu de l’évolution du marché du bitcoin en 2020, consultez l’article de mon collègue Bradley Keoun.

LIENS DE LA CHAÎNE

SkyBridge Capital d’Anthony Scaramucci a déjà investi 182 millions de dollars dans le bitcoin. TAKEAWAY : La brochure du fonds bitcoin énumère, parmi les principales raisons de la respectabilité croissante de bitcoin, l’adoption croissante, le risque moindre, les taux d’intérêt bas et „l’impression de monnaie sans précédent“. Une citation de la brochure : „Le bitcoin est l’or numérique. Il est meilleur à être de l’or que de l’or“.

BlackRock cherche à engager un vice-président pour aider à développer la demande pour les offres de la société liées à la cryptographie. TAKEAWAY : Le truc, c’est que BlackRock prévoit des produits de crypto ! Ce serait sans aucun doute le signe d’une acceptation institutionnelle générale – il est peu probable que BlackRock prenne cette mesure à moins d’avoir déjà constaté une certaine demande.

Le gestionnaire de fonds VanEck a soumis une demande à la Commission américaine des valeurs mobilières et des changes (SEC) pour un fonds négocié en bourse de bitcoin. TAKEAWAY : VanEck a déjà proposé sans succès des ETF, retirant sa dernière demande en septembre 2019. Cette dernière tentative indique que l’entreprise estime que l’environnement est plus favorable aujourd’hui que dans un passé récent, et nous allons probablement voir d’autres gestionnaires d’ETF soumettre d’autres propositions dans les prochains mois.

En début de semaine, le Chicago Mercantile Exchange (CME) a été brièvement le plus grand marché à terme de bitcoin par intérêt ouvert, qui a atteint 1,66 milliard de dollars. TAKEAWAY : C’est, à mon avis, le signal le plus clair que l’intérêt institutionnel pour le bitcoin s’accroît. Au début de l’année 2020, le marché à terme du bitcoin de la CME se classait en cinquième position, bien derrière BitMEX, OKEx et Huobi. Les volumes quotidiens des contrats à terme sur le bitcoin de la CME sont toutefois bien inférieurs à ceux de ses homologues asiatiques, ce qui implique moins d’échanges et un positionnement plus stratégique que sur les marchés dérivés cryptés en dehors des États-Unis.

Gazpromneft, la filiale pétrolière du géant russe du gaz naturel Gazprom, a ouvert un site d’extraction de cryptocurrences sur l’un de ses sites de forage pétrolier en Sibérie. TAKEAWAY : Tant de fils à tirer ici : 1) les producteurs de pétrole et de gaz qui voient l’extraction de cryptocurrences comme une source de diversification ; 2) l’étendue géographique de l’activité d’extraction de cryptocurrences ; 3) Gazprom est une entreprise d’État, qui s’implique (bien qu’indirectement) dans l’extraction de cryptocurrences.

La société canadienne de réalité augmentée (RA) NexTech RA (NTAR) prévoit d’utiliser ses fonds de trésorerie pour acheter pour 2 millions de dollars de bitcoin pour la „diversification du capital“. TAKEAWAY : Ce n’est pas un pari aussi important que celui que MicroStrategy (MSTR) a fait cette année, puisque ce montant ne représente qu’environ 15 % des liquidités disponibles à la fin du troisième trimestre. Le PDG de la société a déclaré qu’il considère que les bitcoins ont un potentiel d’appréciation à long terme plus important que le simple fait de détenir des liquidités. Nous verrons très probablement d’autres annonces de ce type au cours des prochains mois.

Le joueur de la Ligue nationale de football, Russell Okung, recevra la moitié de son salaire annuel de 13 millions de dollars en bitcoin, via la start-up de crypto Zap, dont le produit Strike permet de convertir les chèques de paie traditionnels en bitcoin. TAKEAWAY : Outre la publicité très médiatisée que cela donne au bitcoin (et nous devrions voir davantage d’athlètes faire des annonces liées à la cryptographie dans les mois à venir), c’est aussi un signe de l’élargissement de la gamme de produits pour un marché qui dépasse les institutions. Selon le PDG de Zap, Strike peut désormais être utilisé comme un compte chèque grâce à des partenariats avec deux banques qui n’ont pas encore été désignées. De plus, le plaidoyer d’Okung pour le bitcoin n’est pas nouveau – il a lancé le projet bitcoinis qui écrit et organise des rencontres sur la cryptoconnaissance – on peut donc s’attendre à voir d’autres commentaires publics qui feront parler d’eux l’année prochaine.

Pour ceux d’entre nous qui travaillent dans l’industrie, cela a été amusant, d’une certaine manière, de voir le nombre de déclarations d’échec et de mort imminente de bitcoin. Le site web 99bitcoins.com a suivi les „nécrologies“ de bitcoin, et montre maintenant que les cyniques sont de plus en plus nombreux. TAKEAWAY : C’est compréhensible, car bitcoin a survécu à quelques hivers et à des effondrements de marché. C’est également dommage, car un avantage négligé de la critique est qu’elle nous oblige à améliorer nos explications. Il reste encore beaucoup à faire en matière d’éducation, mais il semble qu’il y ait désormais plus de risques pour la carrière à disséquer le bitcoin qu’à suggérer aux clients d’investir.

Le procès Ripple : La liste des plateformes de cryptographie qui ont abandonné le XRP (+7,17%) à la suite de la poursuite de la SEC continue de s’allonger, avec l’arrivée de Coinbase, Binance US, Genesis, OKCoin, Crypto.com et eToro USA. Cette semaine a apporté un tournant à l’histoire, puisqu’un client de Coinbase a intenté un procès à la bourse pour avoir sciemment vendu du XRP comme titre non enregistré et empoché la commission.